Month: décembre 2017

[Thèse – 13/12/2017] Ziad Joseph Rahal

Sport mondial et culture moyen-orientale, une interaction dialectique récente. Le cas du Liban.

Résumé : Aujourd’hui le monde est un village. La mondialisation en fait un espace toujours plus petit dans un univers toujours plus grand. Cette recherche met en présence trois acteurs : le sport professionnel, l’Occident, et la culture moyen-orientale. Leur interaction se développe dans le cadre de la mondialisation. Mon travail a été d’étudier leur connexion. Le sport professionnel est une invention de l’Occident qui s’est propagée dans le monde et en Orient notamment à travers la colonisation. Après une période de rupture entre ces deux mondes, une relation nouvelle a vu le jour aujourd’hui. Les moyens de communications sociales n’ont cessé de rendre toujours plus évidentes les interactions entre les hommes notamment à travers le sport. Au Liban, la place prise par le football et le basketball est particulièrement révélatrice de cette emprise. Le développement des chaines satellitaires a fait que désormais le sport ne se limite plus aux enceintes des stades mais est entré dans les maisons les plus reculées. Le contexte moyen-oriental jouit de caractéristiques qui n’épargnent pas les disciplines sportives. En effet, au Liban, le sport professionnel est soumis à des impératifs culturels très forts dont on ne peut faire abstraction. La société libanaise loin d’être une société sécularisée, est colorée par le pluralisme religieux. Les équipes sportives appartiennent à différents groupes politico-religieux : l’équipe des catholiques, l’équipe des orthodoxes, et celle des musulmans…il en va de même des spectateurs. Cette recherche a tenté d’avancer certaines hypothèses, et d’émettre une problématique qui se résume à la question suivante : d’où vient l’intérêt d’étudier l’impact du sport professionnel sur le sport au Liban et comment la mosaïque de la culture moyen-orientale influence l’évolution du sport mondial ? La méthodologie adoptée pour répondre à cette question, s’est fondée sur le questionnement et l’observation à partir d’enquêtes prédéterminées et d’entretiens semi-directifs. Si les résultats les plus significatifs font remarquer l’adoption d’un modèle sportif hérité de la colonie française, ils mettent autant en évidence combien leur ont succédé des comportements à l’américaine de la part des sportifs professionnels libanais. L’ouverture du Liban à l’Occident a permis à celui-ci d’entrer progressivement dans la compréhension de cette mosaïque que constitue le Moyen-Orient. Et de mesurer les implications du sport dans cette complexité sociologique. La recherche illustre dans le détail ces résultats. L’apport spécifique d’une telle investigation montre combien l’analyse de réalités aussi modestes soient-elles, permet parfois de mieux comprendre le phénomène de la mondialisation du sport tel que nous le vivons aujourd’hui.

Membres du Jury : Dr Sorina CERNAIANU (Université de Craiova, Examinatrice), Pr Patrick BOUCHET (Université de Dijon, Rapporteur), Pr Michel RASPAUD (Université de Grenoble Alpes, Rapporteur), Pr Fabien WILLE (Université de Lille, Examinateur), Dr Nadim Nassif (Université Notre-Dame de Beyrouth, Examinateur), Claude Sobry (université de Lille, Directeur).

[Thèse – 01/12/2017] Baptiste Chéhère

Impact d’une réhabilitation respiratoire et d’un suivi en activités physiques adaptées chez des patients atteints de pneumopathies interstitielles diffuses Fibrosantes.

Résumé : L’objectif général de la thèse était d’évaluer comparativement les adaptations cardioventilatoires aux tests de 6minutes de marche (T6M) et de stepper (T6S) chez les patients porteurs de pneumopathies interstitielles idiopathiques fibrosantes (PII-f), à différentes étapes de leur prise en charge en RR (pré et post-RR). Nous avions également pour objectif majeur d’évaluer la faisabilité et l’efficacité d’un programme de maintenance réalisé dans des structures proposant des activités physiques adaptées (APA) proches du domicile des patients PII-f sur le maintien des bénéfices à six mois post-RR. L’ensemble des patients atteints de PII-f ont réalisé un programme de RR au domicile de 8 semaines. Durant la période de suivi post-RR, les patients avaient le choix de bénéficier d’un suivi en APA dans une structure extérieure au domicile (groupe APA) ou de continuer la pratique d’une activité physique régulière en autonomie (groupe contrôle). Pré et post-RR, nous avons mesuré la tolérance à l’effort (TM6 et TS6) avec mesure des paramètres cardioventilatoires, les fonctions pulmonaires, la qualité de vie, la dyspnée, l’anxiété/dépression et la motivation des patients. Ces évaluations ont été réalisées aussi après 6 et 9 mois de suivi post-RR. Résultats : Parmi les 21 patients PII-f recrutés, 19 PII-f ont réalisé le programme de RR et sont revenus pour l’évaluation après 6 mois de suivi. Le TM6 et le TS6 induisent des adaptations cardioventilatoires différentes chez les patients atteints de PID, notamment une réponse ventilatoire supérieure au TS6 susceptible de jouer un rôle important sur la moindre désaturation en O2 observée comparé au TM6. A la suite d’un programme de RR, nous avons observé une amélioration des capacités physiques chez les patients PII-f. De manière individuelle, cependant, 58% des patients ne s’amélioraient pas post-RR, et 32% ne continuaient pas de pratiquer régulièrement les exercices physiques recommandés post-RR. La mise en place d’un programme de maintenance dans différentes structures locales proposant des APA proches du domicile chez des patients PII-f est réalisable et permet d’optimiser le maintien des bénéfices post-RR, qu’ils soient répondeurs ou non-répondeurs à la RR. Conclusion : Nos travaux ont souligné l’importance du choix du test d’effort, de la typologie de la PII-f et de la sévérité de l’hypoxémie sur les adaptations cardioventilatoires à l’effort, les adaptations physiologiques et l’évolution de la tolérance à l’effort post-RR. De plus, nous avons constaté que la réalisation de programmes de maintenance en APA, en s’appuyant sur des structures locales est réalisable et favorise un maintien des bénéfices à long terme chez les patients PII-f. Ainsi, l’évaluation des freins à l’activité physique chez un tiers des patients PII-f qui reste non-observant et arrête la pratique d’exercices physiques post-RR, est ainsi d’actualité. De plus, étudier plus précisément les différents profils de patients PII-f (répondeurs/non-répondeurs) pourrait être intéressant afin de comprendre les mécanismes potentiellement responsables de l’absence d’amélioration des capacités physiques post-RR chez les patients non-répondeurs, qu’elle soit liée à la pathologie, la médication ou une éventuelle pathologie musculaire associée.

Jury : Dr Valérie Bougault (Université de Lille, Directrice), Dr Cécile Chenivesse (Université de Lille, co-encadrante), Pr Fabienne Durand (Université de Perpignan, Rapporteur), Pr Patrick Mucci (Université de Lille, Examinateur), Pr Steeve Provencher (Université Laval, Québec, Rapporteur), Pr Alain Varray (Université de Montpellier, Examinateur).

[Thèse – 11/12/2017] Mehdi Pawlak-Chaouch

La régulation de la perfusion musculaire dépendante du monoxyde d’azote : effets de l’aptitude aérobie et des facteurs de risques cardiovasculaires liées à la diméthylarginine asymétrique (ADMA).

Résumé : Ce projet de thèse avait pour objet d’étudier la régulation de la biodisponibilité du monoxyde d’azote (NO) à travers la supplémentation en nitrate (NO3-) chez l’homme, et la perfusion d’ADMA chez l’animal. Nous avons essayé de déterminer les répercussions de la modulation de la biodisponibilité du NO sur la perfusion musculaire à l’exercice, et l’effet de l’aptitude aérobie sur cette modulation. Dans notre méta-analyse, nous avons rapporté une diminution de la consommation d’oxygène ( VO2) lors d’exercices d’intensité modérée à élevée, avec une amélioration de la tolérance à l’exercice sans réduction du VOchez les sujets présentant une pathologie. Dans une seconde étude, aucune amélioration de la tolérance à l’effort n’a été observée chez des athlètes [consommation maximale d’oxygène (VO2max ) > 65 mL.min-1.kg-1] au cours d’un exercice intermittent d’intensité supramaximale après une supplémentation en NO3– et sans modification au niveau du VO2 et de la perfusion musculaire. Une troisième étude montre que l’aptitude aérobie et l’apport en O2 aux muscles, dépendante de la perfusion musculaire, ne sont pas associés à la concentration plasmatique d’ADMA chez des sujets jeunes et sains. Enfin, notre quatrième étude ne rapporte pas d’effet de la perfusion de l’ADMA sur la perfusion musculaire au cours d’un exercice de course chez des rats. En conclusion, la supplémentation en NO3– peut contribuer à une amélioration de la performance à travers une réduction du coût en O2 pour des exercices sous-maximaux. Cependant, les sujets entraînés en endurance avec une aptitude aérobie élevée ne présentent ni d’effet ergogénique, ni d’amélioration de la perfusion musculaire à la suite d’une supplémentation en NO3– lors d’exercices intermittents supramaximaux, contrairement aux sujets modérément entraînés. En outre, l’ADMA, en tant inhibiteur de la synthèse du NO, ne semble pas jouer un rôle dans la régulation du débit sanguin et de l’apport en O2 aux muscles actifs, en l’absence de conditions pathologiques.


Membres du Jury : Dr Julien Aucouturier (Université de Lille, Co-encadrant), Pr Constantino Balestra (Haute Ecole de Bruxelles-Brabant, Rapporteur), Pr Serge Berthoin (Université de Lille, Directeur), Pr Martine Duclos (Université d’Auvergne, Examinatrice), Dr Patrice Flore (Université de Grenoble Alpes, Rapporteur), Dr Laurent Mourot (Université de Besançon, Examinateur), Pr Agnès Vinet (Université d’Avignon, Examinatrice)

Etudiants : acteurs de leur santé ? Regards pluridisciplinaires

Porrovecchio A., Di Francesco G., Ladner J. (2017) (sous la direction de), Etudiants : acteurs de leur santé ? Regards pluridisciplinaires. L’Harmattan, Paris.

Résumé : Les étudiants universitaires ont longtemps été considérés comme une population privilégiée, à l’abri des problèmes de santé et encore préservée des soucis quotidiens de la vie active, même si récemment les signes de détresse psychologique, de souffrance, de précarité, les addictions et les conduites à risque semblent plus fréquents que dans la population active de même âge. C’est à partir de ce constat, que ce volume réunit des travaux pluridisciplinaires du réseau international Students and Life, qui reflètent la diversité et la complexité de cette thématique.

Les auteurs impliqués : F. Bernier-Bergeron, P. Blackburn, I. Brumboiu, I. Caby, N. Camart, A. Charrouf, V. Corsi, G. Di Francesco, R. Di Risio, C. Forgues, C. Henne, A. Houvet, R. Hurdiel, C. Kuehn, J. Ladner, P. Masson, S. Mihailescu, T. Pezé, A. Porrovecchio, L. Romo, D. Saleh, F. Sbeira, V. Savini, M.P. Tavolacci, G. Zunquin.

Acute effects of repeated cycling sprints in hypoxia induced by voluntary hypoventilation

Woorons X, Mucci P, Aucouturier J, Anthierens A, Millet GP. Acute effects of repeated cycling sprints in hypoxia induced by voluntary hypoventilation. Eur J Appl Physiol 2017, 117(12):2433-2443.

Résumé : Cette étude avait pour objectif de déterminer les effets aigus d’un exercice de répétition de sprints en hypoventilation volontaire à bas volume pulmonaire (VHL) sur ergocycle (2 séries de 8 sprints de 6 s suivis de 24 s de récupération). Les résultats montrent une baisse significative de l’oxygénation sanguine et musculaire en VHL alors que les puissances pic et moyenne étaient maintenues comparativement au même exercice réalisé en normoxie (RSN). Au cours des périodes de récupération, la consommation d’oxygène était plus élevée en VHL qu’en RSN et la lactatémie était plus faible en fin d’exercice dans la première modalité d’exercice. Cette étude montre que le VHL peut être un moyen intéressant pour réaliser un entraînement en sprints répétés dans des conditions d’hypoxie.

© 2018

Theme by Anders NorenUp ↑